Discours du 14 Juillet (2009) (version en français)

JPEG

Réception du 14 Juillet 2009

C’est un plaisir et un honneur particulier pour moi-même et mon épouse de vous accueillir pour la première fois à l’Ambassade de France pour célébrer ensemble la fête nationale française, le 14 juillet. Bienvenue dans la Maison de la France.

Je ne suis ici que depuis quelques mois, mais j’ai déjà beaucoup appris, et j’en ai tiré beaucoup de profit. J’ai pu découvrir ce pays exceptionnel et à bien des égards exemplaire qu’est l’Autriche. Exceptionnel par son histoire unique, évidemment, qui est pourtant aussi celle de l’Europe. Exemplaire aussi, par la façon dont elle a, depuis le rideau de fer, su rétablir avec ses voisins des relations fortes et amicales, et incarner avec ceux-ci le nouveau visage de l’Europe.

J’ai pu découvrir aussi dans ce pays une ouverture envers mon pays, une « bonne disposition », peut-être des attentes, que je me ferai un devoir de développer et en tirer profit pour le développement de nos relations.

De notre côté, nous avons pu, durant notre présidence de l’Union européenne, mesurer la contribution de l’Autriche à l’action de l’Union ainsi que l’aide qu’elle nous a apporté. Ensuite, dans la crise économique et financière qui a dominé ces derniers mois, nous constatons aussi que l’Autriche et la France ont spontanément fait la même analyse et manifestent un même engagement pour combattre les effets de cette crise avec détermination et créativité. Je crois que l’action de l’Europe a été renforcée par cette entente active entre les gouvernements de l’Autriche et de la France.

Vienne, et je m’en réjouis, prend aussi chaque année davantage une couleur française. Le nombre de français enregistrés en Autriche augmente régulièrement depuis une dizaine d’années. Au premier janvier 2009, ils étaient plus de 7100 (soit près de 5 % pour 1 an), contre 2500 il y a 20 ans, moins de 5000 en 2001. Cette évolution traduit le grand développement de l’Autriche ces dernières années, et je me réjouis que des Françaises et Français, et que des firmes françaises y prennent leur part.
Mais le 14 juillet est aussi une fête de l’unité et de l’amitié. Celle de l’unité des français en Autriche, auxquels va mon message et mes voeux aujourd’hui, celle de l’amitié entre la France et l’Autriche, à laquelle je souhaite continuer de contribuer avec tout mon enthousiasme.

Es lebe Österreich

Vive la République

Vive la France

Dernière modification : 15/07/2009

Haut de page