Inauguration d’une caméra pour filmer les étoiles filantes sur le toit du Muséum d’histoire naturelle de Vienne (31.08.15) [de]

Le Muséum d’Histoire Naturelle de Vienne (NHMW) a décidé de se joindre au projet français FRIPON (Fireball Recovery and InterPlanetary Observation Network / Réseau d’Observation des Bolides et de Recherche des Météorites) et d’installer une caméra dédiée sur le toit de son bâtiment principal pour filmer en temps réel les étoiles filantes et bolides, dans l’espoir de récupérer des météorites.

Participaient à cette inauguration, le 31 août 2015, le Prof. Dr. Christian Köberl, Directeur général du NHMV, M. Pascal Teixeira da Silva, Ambassadeur de France en Autriche, Dr. Franz Brandstätter, Directeur du Département de Minéralogie et Pétrographie au NHMV, Dr. Ludovic Ferrière, Co-conservateur de la collection de météorites au NHMV, Dr. François Colas Observatoire de Paris / IMCCE, Coordinateur du projet 1, Dr. Brigitte Zanda, MNHN Paris / IMPMC, Coordinatrice du projet 2, Dr. Sylvain Bouley, Université Paris-Sud / IDES, Coordinateur des partenaires.
JPEG
L’objectif du projet FRIPON, avec l’installation du réseau le plus dense de caméras dédiées en Europe, est de déterminer les régions sources des différents types de météorites, d’être en mesure de collecter des météorites fraiches (et rares), et de promouvoir la recherche scientifique. En cas de succès, la caméra du NHMW serait la première d’un réseau sur l’ensemble du territoire Autrichien.

La seule façon de déterminer les régions sources des météorites (dans la plupart des cas elles proviennent de la ceinture d’astéroïdes, mais certaines viennent de la planète Mars et de la Lune) est d’observer leur chute avec plusieurs caméras, ce qui permet ensuite, par triangulation, de déterminer leurs orbites pré-atmosphériques. La caméra fixée sur le toit du NHMW, qui va fonctionner 24 heures sur 24, est une première, une installation test, puisqu’une douzaine d’autres caméras seront nécessaires pour couvrir l’ensemble du territoire Autrichien. Il est prévu d’étendre le réseau en collaboration avec le réseau européen cogéré par des scientifiques tchèques et allemands, qui exploite déjà une station sur la commune de Martinsberg (en Basse-Autriche).

Ce projet interdisciplinaire, impliquant des experts dans le domaine des météorites et de l’astronomie, a non seulement la possibilité de créer de nouvelles synergies entre les différentes institutions et laboratoires, il fournit également une chance unique d’impliquer le grand public dans la recherche des météorites – un cas parfait de science participative.

Dernière modification : 10/09/2015

Haut de page