Le mot de l’ambassadeur : Palais Clam-Gallas (31.08.15) [de]

Un nouvel article de presse revient sur la vente du Palais Clam-Gallas, sans rendre compte de l’ensemble des éléments du problème. Bien que je me sois exprimé déjà plusieurs fois sur ce sujet, il convient de les rappeler pour avoir une vue objective, sérieuse et complète.

Des locaux à la mesure de nos besoins et de nos moyens
La décision de vendre le Palais Clam-Gallas, prise il y a plus d’un an par le ministre des affaires étrangères, s’inscrit dans un double contexte général : sur le plan immobilier, il s’agit de rationaliser nos implantations à l’étranger de façon à disposer d’immeubles à la mesure de nos besoins et de nos moyens ; sur le plan culturel, nous devons adapter nos façons de faire afin de maximiser la pertinence de nos actions, leur visibilité et leur impact.
Le Palais Clam-Gallas a été acquis en 1951 dans des conditions historiques qui ont depuis bien changé. Le coût d’entretien et de fonctionnement de ce vaste palais constitue désormais une charge fixe trop lourde pour les finances de l’Institut français. Il est incompréhensible que cet aspect du problème soit minimisé, comme si la conservation d’un lieu importait plus que la pérennité d’une institution.

Réorienter notre action culturelle en Autriche
L’adaptation de l’action menée par l’Institut français d’Autriche poursuit quatre objectifs : apporter une réelle valeur-ajoutée par rapport à ce que font les institutions culturelles locales ; développer les partenariats pour mener des actions plus ambitieuses ; assurer la viabilité financière qui conditionne toute notre action ; disposer d’un Institut français au service de toute l’Autriche – c’est bien son appellation et donc son ambition – et pas seulement du 9ème arrondissement de Vienne. Plusieurs opérations importantes organisées depuis un an illustrent cette nouvelle orientation : participation à la foire « Buch Wien », lancement de « France Tour » pour soutenir l’enseignement du français dans les écoles autrichiennes sur tout le territoire, colloque sur le changement climatique organisé dans et avec le Muséum d’histoire naturelle, mise à l’honneur de la France à la « Vienna Design Week » 2015. Il convient de rendre hommage à l’engagement créatif de la nouvelle équipe de l’Institut français.
L’Institut français doit être jugé sur ce qu’il fait et fera. Sa raison d’être n’est pas liée à un bâtiment qu’au demeurant il n’occupe que depuis 35 ans. Le contenant ne doit pas déterminer le contenu, mais l’inverse.
Quant à la future installation de l’Institut français, nous avons veillé à ce qu’elle demeure centrale (et non « périphérique » comme l’avance un récent article de presse), bien desservie par les transports en commun, et offrant un espace moderne et mieux adapté à ce qu’on veut faire.

Investissements au Lycée français de Vienne : de nouvelles salles de classe, le studio Molière rénové
La présence contiguë du Lycée français de Vienne est parfois mise en avant soit comme un argument qui plaiderait contre la vente du Palais Clam-Gallas, soit comme porteur de menaces sur la pérennité même de ce lycée. Les travaux en cours visant à édifier un nouvel immeuble pour des salles de classe, à rénover le Studio Molière et à aménager un gymnase sont bien la preuve du contraire et le signe que l’Etat, à travers à l’AEFE, sait mobiliser des moyens financiers là où c’est nécessaire et est orienté vers l’avenir.

Il faut enfin rappeler que ce qui se fait à Vienne n’est en rien un cas isolé. Le ministère des affaires étrangères mène depuis plusieurs années, comme d’ailleurs les autres Etats européens, une gestion dynamique de son parc immobilier, tenant compte de la nécessité de réduire les charges excessives, de disposer de locaux adaptés aux objectifs de notre action culturelle et de coopération, d’accompagner le redéploiement du réseau diplomatique, consulaire et culturel vers les pays émergents et de renforcer la sécurisation – impérative et coûteuse – de nos implantations dans des pays de plus en plus nombreux.

Pascal Teixeira da Silva

Dernière modification : 01/09/2015

Haut de page