Noël, le Nouvel An et la Fête des Rois en France [de]

JPEG

Noël

Pour bien des gens, Noël en France est synonyme de "réveillon", de "sapin de Noël" et de "bûche de Noël", sorte de biscuit fourré de crème pâtissière.
- Recette de la bûche de Noël par le chef cuisinier de l’ambassade de France en Autriche
En France, le 24 décembre est une journée de travail et les festivités ne commencent qu’en fin de journée. Le réveillon est, en quelque sorte, l’apothéose de la fête, quand après la célébration de la messe de minuit, toute la famille se retrouve autour d’une table garnie de mets tels que foie gras, dinde rôtie accompagnée de marrons, huîtres et l’indispensable bûche de Noël. La majorité des familles fêtent Noël à la maison.

En général, la remise des cadeaux a lieu le jour du 25 décembre, et les enfants attendent le père Noël avec impatience. Contrairement à l’Allemagne, il n’y a qu’un seul jour férié à Noël. Les adultes échangent parfois leurs cadeaux la veille, c’est-à-dire après le réveillon. Les cadeaux des enfants sont le plus souvent déposés au pied d’un sapin de Noël décoré de guirlandes lumineuses et de boules colorées. La tradition du sapin de Noël est aujourd’hui connue dans le monde entier ; mais il s’agit à l’origine d’une coutume alsacienne. En 1708, l’épouse du duc Philippe d’Orléans Charlotte, par alliance belle-sœur du roi Louis XIV évoque pour la première fois dans une de ses lettres cette tradition de l’arbre de Noël, à l’époque seulement connu en Alsace. Le décor de l’arbre était alors beaucoup plus classique, puisqu’il était seulement orné de pommes rouges, de noix et de petits gâteaux. Bien avant ce premier témoignage écrit, il existait déjà une sorte d’arbre décoré de pommes rouges que l’on dressait à l’occasion des jeux du paradis qui avaient lieu le jour du 24 décembre en Alsace et dans le Palatinat.

En dehors du sapin de Noël, il existe évidemment d’autres coutumes relatives à la fête de la Nativité qui varient suivant les régions. En Provence, les crèches sont très appréciées et le marché aux santons attire l’attention de beaucoup d’amateurs de ces petites figurines en terre cuite que l’on appelle les santons. La plupart du temps, ces santons représentent la vie d’un village provençal telle qu’elle était autrefois. En Normandie, les éleveurs de moutons de certains villages ont repris la coutume des bergers de déposer un agneau dans la crèche de l’église en l’honneur de la naissance du Christ.

Le Nouvel An

La fête de la Saint-Sylvestre marquant la fin de l’année et l’avènement du Nouvel An, se veut moins traditionnelle que Noël. Elle clôt la "Semaine Joyeuse" (semaine du 24 décembre au 1er janvier) et se déroule normalement dans une ambiance très décontractée. On accueille l’An Nouveau avec du Champagne et un réveillon agrémenté de crustacés, d’huîtres ou bien de foie gras. Contrairement à Noël, la Saint Sylvestre n’a pas de référence religieuse et n’est d’ailleurs pas une fête de famille au sens classique, puisque souvent, on la fête entre amis.

Cette fête n’a pas toujours eu lieu le 31 décembre. A Reims, on a longtemps fêté le début du Nouvel An le 25 mars, jour de l’Annonciation, à Paris cet événement se fêtait à Pâques. C’est finalement Charles IX qui a fixé le jour du Nouvel An au 1er janvier en introduisant le calendrier grégorien en 1563.

Beaucoup de Français pratiquent la coutume de s’embrasser à minuit sous le gui en se souhaitant la bonne année. Quant aux feux d’artifices, ils sont le plus souvent organisés par les communes.

La fête des Rois

La fête des Rois (Epiphanie) marque la fin des festivités après Noël. On la célèbre le premier dimanche après le Nouvel An - autrefois le jour de l’Epiphanie était le six janvier - en partageant la fameuse galette (pâte feuilletée avec de la frangipane ou une brioche). Le plus jeune du groupe ou de la famille décide de l’ordre de la remise des parts de galette. La personne qui récupère la fève, petite figurine en faïence ou haricot sec dissimulé dans la galette au moment de la confection, dans sa part de galette est le roi ou la reine. Elle se coiffe d’une couronne en papier en désignant un roi ou une reine pour former le couple royal de la galette. Les jours suivants, le roi ou la reine de la veille se charge de l’achat d’une nouvelle galette, et le "rituel" du partage de la galette recommence de nouveau. Cela dure environ une semaine, parfois même jusqu’à la fin janvier.

(Source : Ambassade de France en Allemagne)
Illustration : Benjamin Lacombe

Dernière modification : 17/12/2014

Haut de page