« Situation de la Grèce et enjeux européens » (08.07.15) [de]

Extraits du discours de Manuel Valls à l’Assemblée nationale le 8 juillet 2015 : "Situation de la Grèce et enjeux européens"
(…) Le travail de dialogue doit pleinement se poursuivre. La condition c’est, le Président de la République l’a souligné, la solidarité. C’est aussi la responsabilité, celle des Etats-membres et celle de la Grèce. (…) L’Europe, ce n’est pas un droit de tirage illimité. Ce sont des règles communes à respecter.
(…) Les bases d’un accord complet, global et durable sont connues :
- d’abord, des réformes nécessaires et détaillées pour moderniser et redresser l’économie, bâtir un Etat solide, réactif, efficace, un Etat qui fonctionne vraiment ; pour avancer sur des questions essentielles telles que la TVA, les retraites, sans toucher aux petites retraites ; mener ces réformes est la condition essentielle à l’obtention d’un nouveau programme d’aide financière.
- deuxième point de l’accord : des moyens pour financer la croissance en Grèce, car, comme je l’ai dit, c’est d’abord cela que veulent les Grecs. Et le Président de la Commission européenne, Jean-Claude JUNCKER, a proposé un paquet de 35 milliards d’euros, qui doivent permettre d’apporter à l’économie grecque l’oxygène dont elle a besoin pour redémarrer ;
- enfin, troisième point : une perspective claire sur le traitement de la dette. Il n’y a pas, il ne peut pas y avoir de sujet tabou. Je le dis : il est essentiel d’établir une trajectoire soutenable de la dette grecque pour les prochaines années. C’est un moyen indispensable pour avancer vers une solution durable à la crise actuelle.
(…) Qu’on le veuille ou non, l’Europe politique est mise à l’épreuve, dans la douleur et dans l’incertitude. Mais cette Europe politique, nous l’avons tous réclamée ici, déçus que nous étions d’une Europe qui se confondait uniquement avec un projet économique. Nous y sommes. Il appartient à la France, au couple franco-allemand de se saisir de cette crise pour en faire une opportunité. L’opportunité d’une zone euro renforcée, et donc d’une Europe plus forte.

Retrouvez l’intégralité du discours
- gouvernement.fr

Dernière modification : 13/10/2015

Haut de page