« Wolfgang-Pauli-Institut - CNRS - INRIA » – Poursuite d’une coopération fructueuse [de]

Le 21 novembre s’est tenue à l’Ambassade de France à Vienne une cérémonie exceptionnelle à l’occasion du renforcement de la coopération franco-autrichienne dans le domaine des MINT (Mathématiques, Informatique, sciences de la Nature et Technique) :

L’Institut autrichien Wolfgang Pauli Institut (WPI), le CNRS, et l’INRIA, réunissant plus de mille chercheurs dans le domaine de l’informatique et des mathématiques appliquées, ont conclu un accord pour la poursuite et le renforcement de leur coopération dans les cinq années à venir, à travers des échanges de scientifiques.

Le président du WPI, Georg Gottlob, professeur à Oxford et à l’Université technique de Vienne, lauréat du prix Wittgenstein et des subventions avancées du CER, a signé un nouvel accord de coopération avec le directeur général de l’INRIA, Antoine Petit.

Le CNRS et le WPI coopèrent à un haut niveau depuis 2004, sous la forme d’une Unité Mixte Internationale. Comme l’a souligné Mme Chantal Kahn-Malek de la direction Europe, « l’Institut CNRS-Pauli » est une UMI (une des trois UMI européennes) particulièrement performante, ayant obtenu à quatre reprises l’évaluation très rigoureuse du CNRS.

Le directeur de l’institut national de mathématiques du CNRS, Christoph Sorger, est spécialement venu pour signer la reconduction de la convention. Le nouveau directeur de l’UMI et vice-président du WPI, Thorsten Schumm, lauréat du prix START et d’une bourse de démarrage du CER, est professeur de physique quantique à l’Université technique de Vienne.

L’université de Vienne et l’Université technique de Vienne s’impliquent également dans la collaboration avec la France, à travers notamment la mise à disposition d’infrastructures, telles que des bureaux pour les chercheurs invités du WPI.

La rectrice de l’Université technique de Vienne, Sabine Seidler, et le recteur de l’Université de Vienne, Heinz Engl, étaient également présents, afin de signer, avec le président du WPI, M. Gottlob, la lettre de soutien pour la coopération avec le CNRS et l‘INRIA.

Barbara Weitgruber, cheffe de la section « Recherche scientifique et affaires internationales », représentait le ministère fédéral autrichien des Sciences de la Recherche et de l’Economie. Le ministère soutient le WPI dans ce projet de coopération internationale et d’innovation, où les fonds fédéraux sont efficacement employés, avec un fort effet de levier.

Chaque année, cinquante à soixante chercheurs français visitent le WPI, dont trois à cinq bénéficient d’échanges de longue durée (de six mois à deux ans), dans le cadre de l’accord avec le CNRS, et désormais aussi avec l’INRIA, afin de travailler avec des chercheurs viennois, en recevant toujours leur salaire depuis la France.

Actuellement, le WPI accueille pour 12 mois la chercheuse de l’INRIA, Marie Doumic Jauffret, dont les travaux, à la croisée des mathématiques appliquées et de la biologie, portent sur l’agrégation des protéines dans les maladies. L’objectif de ses recherches est de comprendre, grâce à la modélisation mathématique, la mécanique de polymérisation des protéines afin d’identifier des thérapies efficaces.

Tous les invités se sont joints à l’ambassadeur Pascal Teixeira da Silva, pour saluer l’engagement du directeur du WPI, Norbert J. Mauser, professeur à l’Université de Vienne, lauréat du prix START et coordinateur des réseaux de recherche européen en matière de mathématiques appliquées, en tant qu’artisan de la coopération franco-autrichienne.

Dernière modification : 22/11/2016

Haut de page